La Conférence Nationale des Territoires, un nouveau souffle pour les collectivités ? 18 juillet 2017

Françoise Gatel, sénatrice d’Ille-et- Vilaine, réagit à l’issue de la Conférence Nationale des Territoires qui s’est tenue au Sénat lundi en présence du Président de la République.

Nul ne peut ignorer la fracture territoriale qui ne cesse de se creuser entre les territoires urbains qui souvent concentrent richesses et emplois et les territoires périurbains ou ruraux marqués par la disparition progressive des services ou l’absence de transports collectifs efficients. Le sentiment d’abandon de ces territoires s’est exprimé avec force lors des récentes élections présidentielles puis législatives via le fort taux d’abstention et un vote de rejet. Le Front National est ainsi arrivé en tête dans 19 000 communes de France.
Françoise Gatel, sénatrice d’Ille-et- Vilaine, réagit à l’issue de la Conférence Nationale des Territoires qui s’est tenue au Sénat lundi en présence du Président de la République.

Nul ne peut ignorer la fracture territoriale qui ne cesse de se creuser entre les territoires urbains qui souvent concentrent richesses et emplois et les territoires périurbains ou ruraux marqués par la disparition progressive des services ou l’absence de transports collectifs efficients. Le sentiment d’abandon de ces territoires s’est exprimé avec force lors des récentes élections présidentielles puis législatives via le fort taux d’abstention et un vote de rejet. Le Front National est ainsi arrivé en tête dans 19 000 communes de France.

La Conférence de ce lundi a fait le constat des fragilités inhérentes au dialogue entre métropoles et collectivités et a affirmé l’enjeu que constitue pour notre pays la cohésion territoriale. Pour relever ce défi, l’Etat doit mettre fin au cycle infernal des réformes désordonnées, il doit affirmer la stabilité des règles et des ressources financières des collectivités. L’Etat doit permettre, et non contraindre, doit libérer, et non freiner, les initiatives locales. Monsieur le Président, votre diagnostic sur la fracture territoriale est juste, le temps de l’action est maintenant venu. Fondé sur le dialogue et la confiance entre l’Etat et les collectivités, ce nouvel élan doit faire des collectivités de véritables partenaires de l’action publique et non des sous-traitants de décisions autoritaires.



Toutes mes actus