Débat en séance sur la santé au travail 22 mars 2016

Malgré l’amélioration des conditions matérielles de travail, l’insatisfaction au travail, liée en particulier au stress, ne cesse de croître. L’Eurogip évalue ainsi le coût annuel du stress au travail en Europe à 20 milliards d'euros.

Ainsi, les nouvelles organisations de travail rendues nécessaires par un environnement extrêmement concurrentiel, l’essor des outils numériques ou encore l’évolution de la perception du salarié sur son travail peuvent conduire à de nouvelles formes de pathologies (comme le burn out ou le bore out par exemple).
Malgré l’amélioration des conditions matérielles de travail, l’insatisfaction au travail, liée en particulier au stress, ne cesse de croître. L’Eurogip évalue ainsi le coût annuel du stress au travail en Europe à 20 milliards d'euros.

Ainsi, les nouvelles organisations de travail rendues nécessaires par un environnement extrêmement concurrentiel, l’essor des outils numériques ou encore l’évolution de la perception du salarié sur son travail peuvent conduire à de nouvelles formes de pathologies (comme le burn out ou le bore out par exemple). Pour améliorer la santé au travail, trois considérations me paraissent essentielles : le management, la médecine du travail et le changement de regard de notre société sur l’entreprise.

Il faut sortir de l’impasse de la crise de confiance qui existe entre l’entreprise et la société. La santé au travail et l’épanouissement des salariés doivent passer par l’adoption d’un cadre légal adapté aux réalités économiques qui laisse place à une négociation responsable avec les partenaires sociaux et non un esprit d’opposition dogmatique entre employeurs et employés.



Toutes mes actus