Temps d’activité périscolaires dans les écoles privées : Encore un petit effort madame la Ministre 30 novembre 2015

A l'initiative de mon collègue Dominique de Legge et moi-même, les maires concernés par la décision unilatérale du Gouvernement de remettre en cause le financement des TAP (temps d'activité périscolaire) pour les communes dont les écoles privés avaient opté, comme le permettait le décret Hamon, pour l'organisation de ce temps périscolaire sur une demi-journée ont été reçues par le directeur des services académiques.
A l'initiative de mon collègue Dominique de Legge et moi-même, les maires concernés par la décision unilatérale du Gouvernement de remettre en cause le financement des TAP (temps d'activité périscolaire) pour les communes dont les écoles privés avaient opté, comme le permettait le décret Hamon, pour l'organisation de ce temps périscolaire sur une demi-journée ont été reçues par le directeur des services académiques.

Le recteur s’est rangé à notre avis en ouvrant une possibilité de financement pour les communes ayant signées un projet éducatif et pédagogique de territoire (PEDT) commun aux écoles privées et publiques, mais refuse toujours d'apporter son soutien aux communes n'ayant qu'une école privée.

Nous déplorons qu'une discrimination demeure dans les communes où il n'existe pas d'école publique. Celles-ci, souvent de faible taille, disposant de peu de ressources et marges de manœuvre vont être pénalisées.

Nous continuerons, fort de cette avancée, à exiger la fin de cette discrimination.



Toutes mes actus