PPL Fin de vie 16 juin 2015

Je suis intervenue au nom du groupe UDI-UC, afin de soutenir le texte relatif aux personnes en fin de vie, qui complète la loi Léonetti de 2005.

La proposition de loi de Jean Léonetti et Alain Claeys propose deux principales évolutions : l’accès à la sédation profonde en phase terminale (conditionné par 2 critères cumulatifs : le malade doit être atteint d’une affection grave et incurable et son pronostic vital doit être engagé) et le caractère contraignant des directives anticipées.
Je suis intervenue au nom du groupe UDI-UC, afin de soutenir le texte relatif aux personnes en fin de vie, qui complète la loi Léonetti de 2005.

La proposition de loi de Jean Léonetti et Alain Claeys propose deux principales évolutions : l’accès à la sédation profonde en phase terminale (conditionné par 2 critères cumulatifs : le malade doit être atteint d’une affection grave et incurable et son pronostic vital doit être engagé) et le caractère contraignant des directives anticipées.

Ce texte n’est pas fait pour celles et ceux qui veulent mourir ; il est fait pour celles et ceux qui vont mourir. Et notre société ne peut laisser mourir dans la souffrance, l’angoisse et la solitude. Apaiser, soulager et accompagner est un devoir de fraternité.

Il s’agit d’un texte équilibré qui permet à la fois de répondre à l’exigence d’une fin de vie apaisée et de mieux sécuriser les médecins, sans pour autant banaliser les actes pouvant conduire à la mort.

Il soulève également la question de l’insuffisance des soins palliatifs dont l’accès doit être développé (seuls 20% des malades qui pourraient en bénéficier ont accès aux soins palliatifs) et plus équitablement réparti sur le territoire (70% des lits de soins palliatifs sont concentrés dans 5 régions), y compris à domicile et dans les structures médico-sociales.



Toutes mes actus