Sénat UDI AMF ADCF
françoise gatel
s'inscrire à la news
Retrouvez mon
actualité au quotidien mon actualité sur fb
L'essentiel la lettre de
Françoise Gatel Télécharger l'essentiel, la lettre de Françoise Gatel

Françoise Gatel

Née en 1953 à Rochefort en Terre, petite cité de caractère du Morbihan, je suis mariée et j’ai 2 enfants.

Titulaire d’une licence d’anglais et d’un DESS en organisation et gestion des entreprises, j’ai travaillé à la Chambre de commerce et d’industrie de Rennes dans le domaine de la formation professionnelle, des ressources humaines et de l’accompagnement des TPE-PME.

Marquée par les valeurs de l’engagement, j’ai été élue maire de Châteaugiron (commune bretonne d’Ille et Vilaine) en 2001, puis réélue en 2008 et en 2014. Le mandat d’élu local est exigeant mais passionnant car la commune est le socle de la République et l’espace de proximité indispensable à la réussite de l’action publique et de la cohésion sociale.

La proximité doit se conjuguer avec le souci de l’efficacité. En ce sens, la coopération intercommunale est indispensable pour optimiser la dépense publique et mettre en œuvre les services attendus par les habitants. Cette conviction m’a conduit à m’engager fortement dans l’intercommunalité en étant trésorière adjointe de l'ADCF.

Dans la continuité de mon action locale, j’ai été élue Présidente de l’Association des maires d’Ille et Vilaine depuis 2008, et vice-présidente de l’Association des Maires de France en 2014.

La réussite de notre pays et l’efficience de l’action publique supposent une relation partenariale étroite et constructive entre l’Etat et les collectivités. Les collectivités locales sont tenues de mettre en œuvre des dispositifs législatifs qui doivent prendre en compte les réalités de terrain mais aussi la diversité des territoires. La loi ne doit pas corseter ni uniformiser, elle doit permettre et faciliter.

En 2014, j’ai été élue Sénatrice pour porter la voix des territoires et l’exigence de simplification qui libère les énergies et les initiatives. J’y suis membre de la commission des affaires sociales et je fais partie de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation.

L’avenir de notre pays viendra de ses territoires, de leur capacité à mobiliser les énergies à faire émerger une thématique de développement dans ce que le professeur René Dumont appelle le génie du territoire.

Dans notre pays, parfois, le "génie du territoire" repose sur la richesse du patrimoine. Le patrimoine forge une identité, un paysage. Mais il est force d’avenir, levier de développement car il est source de vitalité pour l’économie touristique qu’il peut générer. Je suis convaincue de l’intérêt du patrimoine pour le développement et je me suis engagée avec bonheur pour servir cette conviction en devenant présidente de l’Association nationale des Petites cités de caractère de France qui a à cœur de participer à la sauvegarde d’un patrimoine dense et de qualité, patrimoine témoin de l’histoire urbaine de notre pays.

Sénat

Au sénat

au sénat Mon actualité parlementaire

Proposition de loi sur la formation des ministres des cultes 14 juin 2018

Le Sénat a adopté cet après-midi une proposition de loi de Nathalie Goulet (UC ) et André Reichardt (LR) visant à imposer aux ministres des cultes de justifier d’une formation les qualifiant à l’exercice de ce culte, dont j'étais rapporteur.

Le texte vise deux objectifs principaux : - rendre obligatoire l’organisation sous le régime de la loi de 1905 pour toute association assurant l’exercice public d’un culte ; - restreindre la faculté de célébrer publiquement un culte aux seuls ministres du culte ayant reçu une formation

La version initiale du texte se heurte au cadre juridique très contraignant qui régit cette question et porte atteinte à plusieurs principes constitutionnels et notamment la liberté de culte et la liberté d’association.
Le Sénat a adopté cet après-midi une proposition de loi de Nathalie Goulet (UC ) et André Reichardt (LR) visant à imposer aux ministres des cultes de justifier d’une formation les qualifiant à l’exercice de ce culte, dont j'étais rapporteur.

Le texte vise deux objectifs principaux : - rendre obligatoire l’organisation sous le régime de la loi de 1905 pour toute association assurant l’exercice public d’un culte ; - restreindre la faculté de célébrer publiquement un culte aux seuls ministres du culte ayant reçu une formation

La version initiale du texte se heurte au cadre juridique très contraignant qui régit cette question et porte atteinte à plusieurs principes constitutionnels et notamment la liberté de culte et la liberté d’association.

C’est pourquoi, la commission des lois, sur ma proposition, a supprimé les dispositions inconstitutionnelles et adopté les dispositions suivantes :

- une formation obligatoire civile et civique pour les aumôniers - ceux-ci étant rémunérés et recrutés par l’Etat - intervenant dans les établissements pénitentiaires, les centres hospitaliers et les armées - une instauration d’un conseil consultatif des cultes, placé auprès du Ministre de l’Intérieur pour favoriser le dialogue entre les pouvoirs publics et les représentants des cultes. - une création d’une circonstance aggravante pour les délits de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à caractère racial, dans la loi du 29 juillet 1881, et de provocation ou d’apologie du terrorisme, dans le code pénal, lorsque ces délits ont été commis dans le cadre d’une réunion pour la célébration d’un culte.

Ce texte n’est pas le grand soir de la loi de 1905. Mais le Sénat en débattant de ce sujet épineux ose initier, tel un premier de cordée, un chemin de crête entre liberté et respect de la République pour retrouver l’esprit initial de la laïcité, celui de la paix religieuse et sociale.



Toutes mes actus
Ille et Vilaine

En Ille-et-Vilaine

en Ille-et-Vilaine Mon action en circonscription

L’accessibilité aux soins 5 juin 2018

soin1
Plus de 60 élus et professionnels étaient réunis à mon invitation et celle de mon collègue Dominique de Legge, pour rencontrer Elisabeth Doineau, sénatrice de la Mayenne à qui le Gouvernement a confié une mission de suivi du plan d’accès aux soins. Aujourd’hui, la santé fait partie du pacte social. Pour les français, c’est un sujet placé avant la sécurité. La population croît, l’espérance de vie augmente, il y a plus de maladies chroniques et plus de poly-malades. La santé évolue.

La mission, basée sur des évaluations, a pour objectif de repérer les expériences réussies et d’identifier les difficultés ou freins rencontrés sur le terrain. En fonction des observations relevées, la mission proposera des mesures complémentaires, concrètes et des réponses adaptées dans un rapport attendu avant la fin de l’année.

"L’accessibilité aux soins est une question qui préoccupe beaucoup les élus. Ils sont d’ailleurs souvent contraints de trouver des solutions innovantes pour lutter contre les déserts médicaux. » - Françoise Gatel.
Plus de 60 élus et professionnels étaient réunis à mon invitation et celle de mon collègue Dominique de Legge, pour rencontrer Elisabeth Doineau, sénatrice de la Mayenne à qui le Gouvernement a confié une mission de suivi du plan d’accès aux soins. Aujourd’hui, la santé fait partie du pacte social. Pour les français, c’est un sujet placé avant la sécurité. La population croît, l’espérance de vie augmente, il y a plus de maladies chroniques et plus de poly-malades. La santé évolue.

La mission, basée sur des évaluations, a pour objectif de repérer les expériences réussies et d’identifier les difficultés ou freins rencontrés sur le terrain. En fonction des observations relevées, la mission proposera des mesures complémentaires, concrètes et des réponses adaptées dans un rapport attendu avant la fin de l’année.

"L’accessibilité aux soins est une question qui préoccupe beaucoup les élus. Ils sont d’ailleurs souvent contraints de trouver des solutions innovantes pour lutter contre les déserts médicaux. » - Françoise Gatel.

La réunion a été l’occasion d’aborder les questions de démographies médicales, d’échanger sur les problématiques du territoire et sur les solutions trouvées par certains territoires. Elisabeth Doineau a exposé les pistes de dispositifs innovants : applications sur smartphone, nuit de l’installation pour les nouveaux médecins, télé consultations, rôle primordial d’assistants territoriales de santé permettant d’orienter les stagiaires, mise en place des pratiques avancées, formation des étudiants en médecine sur les différentes possibilités d’installation, … accès aux soins

« L’accès aux soins ne relève plus seulement de la commune mais doit être le véritable projet d’un territoire » - Dominique de Legge.

La collaboration des élus, des habitants et des professionnels est indispensable.



Toutes mes actus
Avec les élus

Avec les Élus

avec les élus Mon action au service des élus

Les Petites cités de caractère 23 février 2015

cites
- Dans ma commune de Châteaugiron, j'ai eu le plaisir d'accueillir le professeur BIng Zhang, président du comité académique de la conservation de l’histoire de la ville en Chine.
- Dans ma commune de Châteaugiron, j'ai eu le plaisir d'accueillir le professeur BIng Zhang, président du comité académique de la conservation de l’histoire de la ville en Chine.

Cette visite fait partie d'un projet d'échanges à l'initiative du ministère de la culture. Dans ce même cadre, une délégation des Petites Cités de Caractère de France (dont je suis la présidente) se rendra en Chine en septembre, pour présenter sa démarche de valorisation et de restauration du patrimoine.



Toutes mes actus
patientez s'il vous plait, la page va se charger